Archives de
Mois : janvier 2019

Guérit-on du diabète après un bypass gastrique ?

Guérit-on du diabète après un bypass gastrique ?

Il est reconnu que l’une des complications de l’obésité est le diabète de type 2. Ce n’est d’ailleurs pas la seule comorbidité associée à l’obésité, car il y a aussi la dyslipidémie, l’hypertension artérielle, l’infarctus du myocarde, cataracte, l’apnée du sommeil, etc. Si la chirurgie bariatrique, notamment le bypass gastrique entraîne une perte de poids, on lui reconnaît aussi un autre bénéfice, celui de guérir du diabète. Qu’en est-il réellement de ce bénéfice métabolique du bypass gastrique ?

C’est quoi le bypass ?

Le bypass est une intervention qui consiste à réduire le volume de l’estomac tout en modifiant le circuit alimentaire en procédant au court-circuitage d’une partie de l’estomac. Il en résulte une malabsorption qui s’associe à la restriction.

Mythe ou réalité ?

La rémission du diabète après un bypass n’est pas un mythe. Il s’agit le plus souvent d’une rémission partielle. On évalue à 72% à 2 ans, et à 30% à 15 ans, ce taux de rémission. 1 an après une chirurgie de l’obésité par bypass, on évalue ce taux de rémission à 57%.
On estime en effet que 90% des cas de diabète se trouvent résolus après un bypass, contrairement à la pose d’un anneau gastrique ou d’une sleeve gastrectomie. Ceci serait dû au fait que le bypass gastrique permet d’améliorer plus nettement la sensibilité du patient à l’insuline et à l’augmentation de sa sécrétion. Son impact sur l’homéostasie glucidique est si sûr que certains chirurgiens n’hésitent pas à la recommander comme traitement du diabète de type 2. Il est d’ailleurs affirmé par certains qu’en ce qui concerne la prise en charge de ce type de diabète, le traitement chirurgical par bypass serait plus efficace que le traitement médical du diabète.

Bypass et hypoglycémie

Néanmoins, on constate qu’après un bypass chez certains patients obèses, il se manifeste un déséquilibre entre la sensibilité à l’insuline et sa sécrétion. Ce qui peut alors provoquer une hypoglycémie hyperinsulinémique tardive qui peut donc s’avérer handicapante. L’hypoglycémie est d’ailleurs l’une des complications tardives du bypass.

Quid de l’hypertension artérielle ?

De manière générale, la plupart des comorbidités associées à l’obésité peuvent être facilement contrôlées après un bypass. C’est pourquoi on pense que la chirurgie bariatrique améliore la qualité de vie du patient. Le plus souvent, c’est la perte de poids elle-même qui détermine l’effet de la chirurgie de l’obésité. Toujours est-il que ce n’est pas seulement le diabète et l’hypertension artérielle qui rencontrent une amélioration après la chirurgie de l’obésité, mais aussi les dyslipidémies, l’arthrose, les douleurs ostéoarticulaires, l’asthme, la fonction cardiaque, etc.

Quels sont les risques après la pose d’un implant dentaire

Quels sont les risques après la pose d’un implant dentaire

S’il est désormais plus facile de procéder au remplacement d’une dent perdue en procédant à la pose d’un implant dentaire, cette technique, malgré les nombreux avantages qu’elle présente, recèle néanmoins des inconvénients ou des risques qu’il serait important de connaître avant de se lancer. L’implant dentaire désigne en effet une racine artificielle en titane, qui est inséré dans le maxillaire et qui doit recevoir une prothèse dentaire amovible ou fixée. Cet article présente aussi bien les risques que les contre-indications de l’implant dentaire.

Les complications de l’implant dentaire

La pose de l’implant dentaire comporte, comme toute autre chirurgie, un risque de complications. Bien que ces complications puissent être facilement soignées, ou qu’il soit possible de les éviter pour certaines, il en existe et elles doivent être connues.

Parmi les complications les plus fréquentes, il y a notamment le risque d’infection de la zone d’implantation ; un risque de blessures ou de dommages pouvant concernés soit la dent elle-même, soit les vaisseaux sanguins ou bien alors la mâchoire ; il peut se présenter aussi un risque de rejet de l’implant comme c’est le cas avec tout corps étranger introduit dans l’organisme ; voire, un risque de saignement prolongé.

Structure dent et position implant dentaire

Les causes des complications dues à l’implant dentaire

Le plus souvent, les complications liées à l’implant dentaire résultent autant des causes propres à l’intervention qu’aux causes exogènes.

Une infection post-implant dentaire résulterait par exemple du tabagisme, du diabète, d’une mauvaise hygiène bucco-dentaire ou d’une maladie des gencives, pouvant entraîner par la suite une inflammation.

Le risque peut aussi résulter de l’échec de l’ostéo-intégration, c’est-à-dire lorsque n’est pas suffisamment intégré dans l’os de la mâchoire, en raison de l’insuffisance de la qualité et de la quantité de l’os.

Une dent voisine peut aussi provoquer le déplacement de l’implant dentaire, et donc causer une complication, si l’implant avait été placé trop près de cette dent.

Les contre-indications de l’implant dentaire

La pose de l’implant dentaire n’est pas conseillée chez les personnes souffrant de problèmes cardiaques (maladies cardiaques, insuffisance cardiaque, infarctus, etc.). Elle est aussi interdite chez les personnes souffrant d’un cancer en évolution, de maladies immunologiques, de maladies psychiatriques ; ou des personnes sous traitement immunosuppresseur, ou prenant un traitement de l’ostéoporose.