fbpx

Archives de
Auteur : medespoir-ch-ad

Tout savoir sur l’augmentation mammaire

Tout savoir sur l’augmentation mammaire

Pour certaines patientes, le désir d’une augmentation mammaire va au-delà du désir purement esthétique de la poitrine féminine. Les diagnostics suivants peuvent amener le médecin à recommander l’utilisation d’implants.

    • Hypoplasie mammaire

Les seins sont très petits par rapport à la taille et au poids du corps.

    • Aplasie mammaire

Les aréoles sont normalement présentes, mais le corps glandulaire est presque complètement absent.

    • Asymétrie mammaire

les seins sont de taille inégale ce qui créé une pression considérable et une souffrance psychologique.

    • Troubles de la fixation du sein

Troubles de la fixation du sein, par exemple la déformation tubulaire du sein : la moitié inférieure du sein n’est pas développée, c’est pourquoi le sein avec une protubérance aréolaire prend un aspect tubulaire.

    • Perte du sein après une opération du cancer

: S’il existe un risque élevé de cancer du sein dans la famille, les avantages et les inconvénients de l’augmentation mammaire doivent être pesés de manière globale.

Si le désir d’augmentation mammaire est de nature purement esthétique, le médecin traitant est tenu d’exclure les éventuelle instabilité psychologique lors de la consultation.

Pour certains patientes potentielles, ce désir est parfois dû à un conflit dans leur couple. Il faut faire attention pour apporter le traitement nécessaire à l’attente de la patiente. Si les attentes sont exagérées, il vaut mieux bien discuter avec le patient.

Les implants mammaires peuvent entraîner la disparition des zones glandulaires lors de la mammographie, ce qui rend difficile la détection de structures malignes dans le sein. Il est adéquat de faire la radiologie de façon professionnelle et de demander la mammographie depuis des angles de vision différentes.

Avant l’opération

En cas de résultats suspects à la palpation et dans tous les cas des patientes de plus de 30 ans, un examen radiologique du sein doit être effectué avant l’opération prévue.

Lors de la consultation, le patient et le médecin doivent prendre un certain nombre de décisions en plus du choix de la méthode chirurgicale : lors du choix de la taille et de la forme de l’implant, la taille du corps, la forme de la cage thoracique, l’élasticité de la peau du sein et la consistance glandulaire doivent être calculées de façon scientifique. Les coussins sont disponibles dans une gamme de 80 à 600 ml ; la taille moyenne des implants les plus utilisés varie de 250 à 300 ml.

Un gel de silicone et une solution saline disponible pour le remplissage des implants. L’huile de soja et l’hydrogel de substitution ont été retirés de de l’utilisation médicale en raison de leurs effets néfastes sur la santé.

Les solutions salines stériles (sérum physiologique) semblent être le matériau de remplissage exogène le moins dangereux. Si la solution s’échappe de l’implant, le corps peut l’absorber et l’excréter sans problème.
Inconvénient : Le volume diminue avec le temps ; puis le liquide restant donne la forme relachée pour la peau ce qui est une indication pour le changement de vos implants. La grande majorité des chirurgiens plastiques s’en tiennent au gel de silicone parce qu’il a l’air le plus naturel et conserve la forme la plus stable (environ dix ans). Le lien présumé entre le gel silicone et le déclenchement de maladies auto-immunes voire même les cancers n’a pas été prouvé à ce jour. C’est pourquoi l’autorité réglementaire américaine FDA a levé en 2006 l’interdiction des implants en silicone à usage esthétique ce qui était impossible avant selon les lois en vigueur aux États-Unis depuis 1992.

Méthodes chirurgicales

La décision de choisir la bonne méthode chirurgicale dépend de la technique de coupe ainsi que de la position de l’implant. Le chirurgien choisit comme accès chirurgical soit une incision dans le pli sous le sein, sur le mamelon ou dans l’aisselle de la patiente , il choisit également les techniques d’incision à discuter avec le patient avant la chirurgie.

Après l’incision de la peau, le chirurgien forme une poche (appelée boîte à implants) et insère la prothèse dans la poche, soit sous le muscle pectoral, soit entre le muscle pectoral et la glande. Le choix du site d’implantation dépend de l’épaisseur et de la consistance du sein et des tissus mous, de la forme et de la taille du sein, ainsi que des préférences du chirurgien.

Chez les patientes minces ayant de petits seins, il est généralement recommandé de placer l’implant sous le muscle, car cela le rend moins visible et moins palpable. De plus, le site d’implantation sous le muscle mammaire offre de meilleures possibilités pour la mammographie.

Anesthésie durée, de l’opération et séjour

En règle générale, l’opération d’augmentation mammaire dure une à deux heures. Par la suite , le patient est sous anesthésie générale. Toutefois, une anesthésie locale avec ajout de sédatifs est également possible. L’avantage par rapport à l’anesthésie générale est que l’anesthésie locale ne nécessite un séjour à l’hôpital pouvant aller jusqu’à trois jours. Suite à ce séjour le patient peut généralement quitter la clinique après l’anesthésie locale un jour après l’intervention et se rétablir chez lui dans un environnement familier sans aucun problème. Si l’opération est très invasive il faut attendre les résultats de la réussite sous contrôle médical.

Phase de récupération et traitement de suivi Le lendemain de l’opération

Le chirurgien examine les éventuelles ecchymoses et vérifie la position de l’implant. Des tubes de drainage peuvent être nécessaires pendant un à deux jours après l’opération, surtout en cas d’implantation sous le muscle . Les points de suture peuvent être retirés sept à dix jours après l’opération – à condition qu’aucun fil auto-dissolvant n’ait été utilisé.

Après avoir retiré le pansement , un soutien-gorge spécial soutient la poitrine et permet de conserver la forme naturelle du résultat de l’opération. Il doit être porté pendant six à huit semaines. Les douleurs lors du mouvement des bras ainsi qu’une sensation de tension dans les seins peuvent persister pendant plusieurs jours après l’opération ; la patiente doit s’attendre à un gonflement pendant trois à cinq semaines.

Les patients doivent prendre dix jours de congé et prévoir environ six semaines de repos en général. Il convient d’éviter toute charge physique lourde pendant au moins huit semaines. L’augmentation mammaire au moyen d’implants implique toujours d’autres opérations de substitution à long terme. À un moment donné, l’implant doit être remplacé parce que le matériau est sous forme de coussins en gel de silicone qui reste un liquide biodégradable synthétique, on peut s’attendre à une durabilité d’environ dix ans, les implants salins étant un peu plus courts par rapport au gel de silicone environ (sept ans).

Tendance de la chirurgie esthétique : La suppression boule de Bichat

Tendance de la chirurgie esthétique : La suppression boule de Bichat

La tendance d’une beauté féminine qui correspond à des visages comme celui du mannequin Bella Hadid ou de Kendall Jenner a maintenant explosé aux États-Unis, qui apparaissent particulièrement creusées dans les joues et les pommettes prononcées.

Les plus belles stars de la chirurgie esthétique témoignent que les critères de beauté varient comme la mode et tout autre critère de développement. Chaque époque a son propre critère de beauté. chaque période est représenté par les divas du moment. Clairement différentes dans leurs esprits les vedettes de la beauté ont montré leur charme plus poupée avec un visage rond et un trait plus doux , elles sont certainement différentes sur plusieurs niveaux.
Pommettes angulaires, menton carré et joues enfoncées, telles sont les caractéristiques de la femme moderne parfaite et la chirurgie esthétique joue un rôle fondamental dans l’atteinte de ces résultats, en commençant tout d’abord par la définition de l’ovale du visage en passant par l’élimination de la bulle Bichat.

Suppression de Boule de Bichat

Peut-être que tout le monde ne sait pas que les bulles de Bichat sont des dépôts graisseux positionnés entre les pommettes et la mâchoire qui, chez les enfants, sont toujours assez accentués, ce qui leur donne le délicieux visage charnu classique.

Au fil du temps, ces coussinets adipeux ont tendance à diminuer, mais il y a des cas où ils restent également à l’âge adulte et donc, quel que soit le poids corporel, le visage reste rond, une caractéristique de moins en moins appréciée en particulier par les filles.

C’est pourquoi la soi-disant bichectomie, c’est-à-dire la chirurgie esthétique visant à éliminer les bulles de Bichat, est devenue une mode qui attire un grand nombre de personnes qui veulent se regarder dans le miroir et voir leurs visages plus maigres et plus anguleux.

La bichectomie n’est pas une opération particulièrement invasive et les incisions sont faites à l’intérieur de la bouche, sans laisser de marque visible, mais il est important qu’elle soit effectuée par un chirurgien esthétique expert, pour éviter des conséquences désastreuses telles que des blessures aux nerfs faciaux ou glandes salivaires.

Un bon professionnel, cependant, ne court pas ces dangers pour ses patients et effectue l’opération sous anesthésie locale avec sédation, mais pour voir le résultat final, il faudra attendre même quelques mois, lorsque le gonflement postopératoire aura disparu.

Comme pour toutes les interventions chirurgicales, la bichectomie ne doit être réalisée que lorsqu’il existe les bonnes indications, tant en termes de santé générale qu’en ce qui concerne la présence réelle de graisse, qui ne peuvent être évaluées que par une visite spécialisée précise.

Tout savoir sur l’injection de Plasma riches en plaquettes

Tout savoir sur l’injection de Plasma riches en plaquettes

L’utilisation esthétique des avantages  de croissance plaquettaires n’est pas une exclusivité pour le domaine cosmétique, d’ailleurs on utilise la croissance plaquettaire dans la lutte contre les pandémies, le traitement des brulures, la reconstruction cellulaire, la fécondation assistée et la dernière utilisation se passe dans les laboratoires de recherche de vaccin contre Covid. L’utilisation médicale de cette croissance biologique date depuis 25 ans en chirurgie esthétique et plastique mais date de plus d’un siècle dans l’amélioration des processus de cicatrisation et guérison de certaines maladies articulaires.

En 2013, Le joueur de Tennis Rafael Nadal a eu recours à des injections PRP pour traiter sa tendinite chronique au genou ; les résultats étaient rapides, Rafael Nadal a regagné son classement de leader mondial du Tennis après 5 mois d’arrêt d’entrainement ou de compétitions sauf peut-être pour quelques marches légers.

PRP plasma riche en plaquettes késako?

Le plasma riche en plaquettes, ou PRP, est une substance qui favorise la guérison par réaction cellulaire en l’injectant dans le sang. Le plasma est un composant naturel de notre sang qui contient des « facteurs » spéciaux, sous forme de protéines favorisant la coagulation naturelle du sang.

Il contient également des protéines qui soutiennent la croissance naturelle de la cellule. Les chercheurs ont produit le PRP en isolant le plasma du sang et en le concentrant par le processus de centrifugation. Etant donné que le plasma est un sérum incluant des facteurs de coagulation et des protéines, les plaquettes sont des cellules sans noyau avec des mitochondries, des microtubules et des alpha granules. Le nombre d’alpha granules varie entre 50 et 80 par plaquette.

Ces alpha granules sont très importantes dans la synthèse, le stockage et la libération des protéines bioactives responsables de la croissance et l’hémostase (la coagulation du sang) et la cicatrisation des blessures et brûlures. Les arabes étaient les premiers à utiliser des injections à base de PRP dans le traitement des blessures des chevaux de guerre. Les premières utilisations étaient décrites dans les livres d’Avicenne puis cette technique a été utilisé pour la première fois sur l’humain en 1968, par un dentiste allemand pour traiter les gencives.

Comment agissent les facteurs de croissance ?

Suite à une blessure des tissus, le processus de guérison se fait en 3 étapes.

  • Inflammation des tissus
  • La prolifération cellulaire
  • Remodelage des tissus

Au début, une inflammation des tissus est activée par les plaquettes. Pendant cette étape, les plaquettes libèrent une grande quantité de facteurs de croissance avec des taux très proches des niveaux de la croissance embryonnaire. Ensuite, ces facteurs de croissance activent la prolifération cellulaire de la matrice tissulaire ; ceci ne concerne que les tissus autour des cellules.

La dernière et la troisième étape est la phase la plus importante : le remodelage des tissus, c’est le résultat de cascade des facteurs de croissance mentionnés dans la première et la deuxième phase, ce processus est une forme de réorganisation des tissus cicatrisés.

 

 

Méthode de préparation et d’utilisation PRP ?

Pour pouvoir utiliser la préparation PRP, les médecins effectuent un prélèvement sanguin, les tubes sont centrifugés en quantité nécessaires afin de séparer le Plasma Pauvre en Plaquettes (PPP) de Plasma Riche en Plaquettes (PRP) et des fibrinogènes. PPP représentant 5% du sang tandis que PRP représentant 40% du sang. Les granulocytes et des leucocytes représentant 55% du sang.

Le prélèvement sanguin est personnel, il ne doit jamais être injecté à une autre personne, sinon ça peut causer des maladies tissulaires et des inflammations intracellulaires. La centrifugation permet d’augmenter la concentration en plaquettes et en facteurs de croissance. Les alpha granules des plaquettes, rendent le PRP actif et efficace. La proportion des alpha granules dans le sérum change selon la technique de centrifugation utilisée.

La proportion varie entre 200 à 600%, on choisit la proportion convenable selon l’utilisation médicale. La meilleure technique de centrifugation permet d’obtenir la proportion la plus élevée  en alpha granules.

Quelles précautions prendre en cas d’injection de PRP

Vous devez renoncer à la prise des médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS). Les coagulants sont également interdits les jours précédents et les deux semaines qui suivent l’injection PRP. La consommation des produits alcooliques risque d’inhiber l’action des Alpha granules ce qui bloque les effets stimulateurs du PRP. On évitera les soins locaux anti-inflammatoires y compris l’application de poche de glace de refroidissement.

Types PRP et déroulement d’une séance d’injection ?

Deux techniques principales peuvent être utilisées dans le processus de centrifugation, simple ou double centrifugation.  La composition du PRP, change selon la technique utilisée. On effectue la double centrifugation dans le traitement des pathologies ostéoligamentaires, l’injection PRP ne doit contenir ni granulocytes, ni leucocytes et doit être sauvegardé de façon à éviter la coagulation.

Pour avoir une utilisation efficace du PRP, 2 à 3 injections à 4 à 6 semaines d’intervalle sont primordiales pour que les résultats soient remarquables, rapides et efficaces.  

L’injection peut être douloureuse car on ne peut pas appliquer des anesthésiques durant cette période. Le pH du produit anesthésiant perturbe l’activation des granules plaquettaires ce qui inhibe la fonction pour laquelle la technique a été conçue et adoptée. Il faut éviter la prise des médicaments formés de molécules paracétamol ces médicaments en contrent l’effet de PRP .

Utilisations PRP ?

  • Rajeunissement visage
  • stimulation anabolisme (réparation) du cartilage
  • diminution du catabolisme (destruction) du cartilage
  • Effet bénéfique sur l’homéostasie articulaire (capacité à conserver son équilibre)
  • diminution de l’inflammation et hyperplasie synoviale (développement de la membrane autour de l’articulation).
  •  PRP est utilisé à la place d’acide hyaluronique dans l’arthrose de l’épaule
  • PRP est utilisé dans le cas tendinite de la coiffe
Implant Mammaire Tunisie : Les formes d’un implant

Implant Mammaire Tunisie : Les formes d’un implant

Un implant mammaire est composé de 2 éléments : une enveloppe et un produit de remplissage. L’enveloppe, toujours constituée de silicone élastique (élastomère de silicone) , celle-ci peut être lisse ou texturée. Le produit de remplissage peut être du sérum physiologique ou bien du gel de silicone. On définit le volume de la prothèse en mml ou en grammes.

Les prothèses mammaires gonflables au sérum physiologique.

Le remplissage de la prothèse se fait durant l’intervention, au moyen de sérum physiologique. Ces prothèses présentent un double avantage, elles s’adaptent facilement au volume souhaité durant l’intervention et sont d’une totale innocuité en cas de fuite. Leur défaut principal est leur consistance, moins naturelle comparée aux prothèses en gel de silicone.

Les prothèses mammaires pré-remplies en gel de silicone

Elles offrent en général une consistance plus naturelle, cependant leur inconvénient majeur est le risque de fuite de silicone en cas de rupture, ce qui impose alors un changement de l’implant. En mai 1994, la France avait été le seul pays d’Europe è interdire l’usage de ces prothèses. Elles ont été réintroduites sur le marché en 2001, aucune étude épidémiologique n’ayant pu établir une relation de cause è effet entre le gel de silicone et la découverte de maladies auto-immunes ou de cancers.
Ils existent plusieurs formes de prothèses :
• Rondes à profil plus ou moins haut, permettant de choisir une projection différente suivant le souhait exprimé
• Anatomiques, en forme de goutte ou asymétriques, avec une forme inversée entre le droit et le gauche, donnant un aspect naturel.

Les effets spécifiques aux implants mammaires

  •  Formation des plis ou aspect de « vagues »: Il arrive que le pli de l’enveloppe de l’implant ait un aspect de « vagues » palpables ou visibles dans les parties supérieures du sein. En effet, la prothèse, pour rester souple n’est jamais remplie sous tension. Cette situation est plus souvent constatée lorsque que le revetement cutané et glandulaire initial est faible.
  • Contracture capsulaire et coque fibreuse: Tout implant peut générer la formation d’une capsule fibreuse. Cette membrane fibreuse qui se forme dans le but d’isoler un corps étranger de l’organisme et de le protéger, peut s’épaissir ou se rétracter et former ainsi une contracture capsulaire (coque fibreuse autour de l’implant). Quatre stades de fermeté, de l’aspect normal, indétectable, aux formes sévères (avec sein dur, rond, fixé et parfois douloureux) peuvent être constatés. Une intervention chirurgicale permet de corriger cette déformation.
  •  Rupture et dégonflement : Il arrive, de manière exceptionnelle, à la suite d’un traumatisme violent ou sans raison, que l’implant se rompe, se dégonfle. Dans ce cas il est nécessaire de le changer.
    Il n’y a pas de durée de vie des prothèses mammaires, la devise est de ne ré intervenir que si les implants posent problème.
La MORPHONUTRITION : C’est quoi?

La MORPHONUTRITION : C’est quoi?

La morphonutrition regroupe toutes les méthodes pour arriver à une silhouette mince et un poids idéal : De l’approche nutritionnelle qui se base sur la morphologie aux différentes techniques, invasives ou non, pour améliorer la silhouette.

Comprendre la morphonutrition

Il s’agit d’une autre façon d’aborder l’amincissement, qui concernera à vrai dire principalement les femmes. Chez ces dernières, si l’amincissement permet une correction globale du volume du corps, il n’améliore pas toujours suffisamment la silhouette. Pour certaines, tout effort supplémentaire ne mènera qu’à un amaigrissement exagéré du haut du corps, laissant le bas toujours « surchargé ».

De quoi déprimer et perdre toute sa motivation. Que se passe-t-il ?

Pour le comprendre, il faut d’abord savoir que le tissu graisseux est soumis à une régulation nerveuse et hormonale, cette dernière ne s’exerçant pas de façon uniforme sur l’organisme. Selon l’endroit où ils se trouvent, les adipocytes (cellules graisseuses) sont plus ou moins sensibles à l’une ou l’autre hormone.

Les différents dépôts graisseux entraînent ainsi une perte d’harmonie. Celle-ci permet d’identifier le type particulier de la graisse, et d’orienter vers les facteurs responsables de sa survenue. Cette notion est fondamentale car c’est elle qui conditionne en grande partie la recherche de la solution thérapeutique. La surcharge pondérale androïde (« pomme ») est celle dont souffrent habituellement les hommes en surpoids. La surcharge gynoïde (« poire ») est plus spécifique aux femmes en activité ovarienne, c’est-à-dire non ménopausées. Elle intéresse la région pelvienne (fesses), également les cuisses, les jambes et, très souvent, les membres supérieurs.

Solutions : traitements médicaux et chirurgicaux des adipocytes

Les complications métaboliques sont rares. Il existe par contre une hyperlordose, ce qui provoque une perturbation de la circulation elle-même à l’origine de l’apparition de cellulite. La morphonutrition permet, sans long examen coûteux pour la Sécurité Sociale, d’orienter mieux et de personnaliser les conseils diététiques et l’éventuel traitement médical ou chirurgical qui leur sont souvent associés. L’efficacité s’en trouve améliorée, ce qui renforce encore la motivation. L’un dans l’autre, le résultat obtenu sera plus durable.

La perte de poids : nécessité ou obsession ?

La perte de poids : nécessité ou obsession ?

La perte de poids est l’obsession de beaucoup d’entre nous. Le marché de la perte de poids est un marché en pleine expansion.
Combien avons-nous perdu sur la balance est la question qui hante le quotidien et la vie de nombreuses femmes (De plus en plus d’hommes se sentent maintenant eux aussi concernés). Mais ce dogme du poids est-il vraiment objectif ?
Quand on parle de perte de poids, de quoi parle-t-on en fait ? Se peser chaque jour sur sa balance, est-ce un comportement raisonnable et logique ? N’avez-vous pas connu un jour une personne de votre entourage heureuse d’avoir perdu des kilos mais dont la nouvelle silhouette ne vous paraissez visuellement pas satisfaisante?

Voyons ensemble plus en détail cette notion de perte de poids pour définir plus précisément ce qu’elle reflète finalement ?

La perte de poids

Dans nos pays latins, nous parlons de perte de poids (trop lourd) alors que dans les pays anglo-saxons, ils parlent de trop fat (trop gras).
Cette vision basée sur la masse graisseuse paraît plus objective car il semble plus judicieux de parler en terme de volume et non de masse.
La perte de poids ne permet d’avoir une silhouette plus mince que si elle touche principalement la masse graisseuse et non le muscle (qui lui permet d’être ferme et tonique et surtout d’éviter l’effet yoyo).
Quand on parle de perte de poids, on ne perds pas que de la graisse en fait: Ainsi perdre de l’eau n’a aucun intérêt car le corps va un jour refaire ces réserves. Les diurétiques permettent ainsi des résultats rapides sur la balance. Résultats aussi rapides qu’éphémère par ailleurs. Quand on fait un régime alimentaire hypocalorique sévère, on perd 8 fois plus de masse maigre que de masse graisseuse en fait. Ce chiffre est impressionnant et il explique que l’on peut perdre beaucoup de poids et avoir une silhouette flasque. On voit alors la personne heureuse d’avoir atteint son objectif pondéral mais avec des jambes maigres, des bras fins, un visage creusé et de la masse graisseuse sur le ventre.
La perte de poids est pour certaine une véritable obsession. Mais se peser chaque jour est une aberration car l’on ne peut pas perdre plus de 100 grammes de graisse par jour. Se peser chaque jour ne sers à rien car les variations pondérales ne sont objectives que sur des périodes d’une semaine minimum.
De plus faire des régimes restrictifs en ayant pour obsession principale une diminution de son poids sur la balance ne fonctionne pas dans la durée. 90 pour cent des personnes reprennent du poids à moyen terme.

Conseils précieux : se fixer des objectif raisonnables

 

Ne focaliser que sur son poids et se peser chaque jour, se fixer des objectifs qu’en terme de poids c’est vivre dans la restriction et créer la frustration (peser ces aliments, compter chaque calories, s’interdire des petits plaisirs et passer de phase d’euphorie (2 kg en moins sur la balance) à des phases de déprime (j’ai repris un kilo ce week-end).
On ne peut vivre indéfiniment dans la restriction et n’avoir qu’une vision mathématique des choses comme cela car nous sommes fait pour nous faire plaisir et manger doit être un plaisir.
Pour une perte de poids efficace, il fait oublier la notion de poids, laisser sa balance au placard, se focaliser sur sa silhouette et surtout prendre son temps pour parvenir à un résultat durable et réellement objectif.
Pour cela, la notion de plaisir, d’équilibre, de bien-être, de sensation, d’écoute de son corps, de ses sens, de ses besoins doit être remise en avant et pour se faire il faut sortir du dictat du poids et des calories.
Notre monde moderne est suffisamment stressant pour que nous prenions le partie de faire subir des stress et des fatigues supplémentaires à notre organisme car celui-ci tôt ou tard nous le rendra.
Dans une société mercantile et superficielle où nous nous devons d’avoir des résultats rapides, la notion de poids (avec comme corollaire celle de calorie) comme unique référence permet de laisser penser que l’on peut perdre (3 kilogrammes par semaine par exemple) si on en a la volonté.
Voilà les deux notions (la volonté et le temps) qui se cachent derrière cette sacro sainte notion de poids.
Le temps, c’est l’argument commercial car les résultats (en terme de poids et non de silhouette) promis vont être rapide et la volonté c’est la garantie de réussir ( tout le monde a suffisamment de volonté pour avoir aussi droit au bonheur et ne pas manger (ou presque rien) pendant une semaine, voir 15 jours car notre organisme sécrète alors une hormone qui permet de tenir sans véritable effort (nous avons subi des centaines de famine pendant notre histoire et nos gênes nous permettent de tenir tout en étant efficace et se sentir bien permet de mieux supporter l’adversité).
Cette hormone crée même un sentiment de bien-être, voir d’euphorie (les anorexique connaissent cela, ce qui leur confèrent un sentiment de puissance sur leur corps et sur les autres).
Mais cette même volonté qui permet de ne plus s’alimenter correctement, c’est aussi la garantie que la personne qui a perdu le poids escompté sur sa balance (l’objectif est possible mais à chaque fois de plus en plus difficile à atteindre) et qui reprends (yoyo) ne se plaigne pas.
« Et oui, si j’ai repris du poids, c’est que j’ai craqué, j’en pouvais plus de ne rien manger, je rêvais la nuit de ces gâteaux, de ces petits plats en sauce et puis tant pis, j’ai manqué de volonté…C’est pas grave, la prochaine fois, je tiendrais et je serai enfin belle, désirable et je pourrais enfin être aimé et ne plus me sentir seule ».
Sans prendre le risque de m’engager, certaines d’entre vous vont se reconnaître ici.
Mais, vous allez me dire, c’est bien beau d’affirmer cela mais alors comment faire pour me sentir bien dans ma tête et mon corps et avoir la silhouette de mes désirs.
Première chose: Mettre sa balance au placard
Deuxième chose : Ne plus faire de régimes restrictifs sévères et oublier que cela existe et fonctionne sur le court terme.
Troisième chose : Réapprendre à manger et se faire plaisir pour fournir ceux dont notre corps a besoin pour fonctionner normalement sans risque de carence (En gros, manger normalement ce qui signifie: 55 % de glucides (sucres), 30 % de lipides (graisses mais éviter les graisses saturées et privilégier les graisses poly-insaturées) et 15 % de protéines (viande, poisson, oeuf, laitage).
Et surtout quatrième chose: Remettre son corps en mouvement et réapprendre à bouger.
Pour résumer, la recette pour être bien dans son corps, avec une silhouette ferme et tonique sans excès de masse graisseuse n’est qu’une question de bon sens. Manger de tout et augmenter ces dépenses en remettant son corps en mouvement.
Facile à dire, mais plus difficile à faire.
Je vais ici t’affirmer qu’il existe une hormone encore puissante que celle qui apparaît quand on ne mange plus (Que je qualifie d’hormone de survie).
Cette hormone (Que je qualifie d’hormone de vie) fait qu’il y a tous les matins des gens qui remplissent Central Park (ou n’importe quel autre endroit du monde) et qui prennent du plaisir à le faire.
Ces personnes ne sont pas folles (populairement et de façon moqueuse, on se demande après quoi elles courent et pourquoi elles le font, on pense qu’elles perdent leur temps), Elles n’ont pas de problème de poids (ce sont des machines à brûler de l’énergie et donc des calories), elles sont là pour se sentir en harmonie avec elle-même, pour sentir leur corps et surtout leur coeur.
Elles ne cherchent pas la perte de poids (elles n’ont aucun de problèmes de poids), elles se lèvent généralement très tôt pour prendre le temps (notion que nous avons vu plus haut mais vécue de façon différente) pour prendre les décisions les plus opportunes pour ce qui doit être essentielles à leur yeux: Leur bonheur et celui de leur proche.
Elles vivent en harmonie avec leur environnement et surtout avec elle-même car elles prennent le temps de s’écouter.
Pour courir à leur cotés, il faut faire preuve d’un peu de volonté et de patience.
Remettre son organisme en marche petit à petit en commençant par du vélo en salle, réapprendre à s’écouter et se donner le temps.
Prendre en main sa vie et ne pas subir la restriction mais vivre dans l’action et devenir maître de son existence et de son destin.
C’est en pratiquant la course à pied que j’ai eu envie de partager ces bienfaits qui font partie de nos racines et que peu de personnes cherchent à transmettre (car pas intéressant économiquement).
Alors, si vous souhaitez une perte de poids durable ou pour être plus précis, une perte de masse graisseuse sans risque de récidive, il vaut remettre votre corps en mouvement.

Remplisseurs cutanés : importance des soins mini-invasifs

Remplisseurs cutanés : importance des soins mini-invasifs

 

Les remplisseurs cutanées injectables peuvent repulper les lèvres minces, améliorer les contours, adoucir les plis du visage, éliminer les rides et améliorer l’apparence des cicatrices.
Les agents de comblement dermiques aident à diminuer les rides du visage et à restaurer le volume et la plénitude du visage.
En vieillissant, le visage perd naturellement de la graisse sous-cutanée. Les muscles faciaux se rétractent alors plus près de la surface de la peau, de sorte que les rides du sourire et les pattes d’oie deviennent plus apparentes.
La peau du visage se relâche également un peu, ajoutant à cette perte de volume du visage. D’autres facteurs qui affectent la peau du visage comprennent l’exposition au soleil, l’hérédité et le mode de vie.

Apport des produits de comblement cutané

Ce que les agents de comblement cutané peuvent vous apporter :
• Lèvres dodues et fines
• Améliore les contours peu profonds
• Adoucit les plis et les rides du visage
• Améliore l’apparence des cicatrices
• Redresser les déformations du contour du visage
• Diminue ou supprime les poches des paupières inférieures
Les produits de comblement cutané peuvent être très utiles chez les personnes présentant des signes précoces de vieillissement, ou en tant que partie à valeur ajoutée de la chirurgie de rajeunissement facial.

Remplisseurs cutanés : résultats des soins mini-invasifs de la peau

Les résultats de l’augmentation des tissus mous à l’aide de produits de comblement sont évidents immédiatement et dureront de plusieurs mois à plusieurs années selon le type d’agent utilisé.
Le maintien d’une bonne santé générale et le maintien d’une peau saine et forte avec des produits et des traitements cutanés appropriés amélioreront les résultats et leur longévité.

Qu’est-ce que la septoplastie ?

Qu’est-ce que la septoplastie ?

En ce qui concerne la chirurgie du nez, vous devez savoir qu’il existe des procédures distinctes selon le but à atteindre.

Rhinoplastie vs septoplastie

Si nous parlons de rhinoplastie, par exemple, nous entendons l’intervention visant à éliminer les imperfections du nez, pour le rendre plus harmonieux avec le reste du visage.

La rhinoplastie ne doit pas être confondue avec la septoplastie, la procédure chirurgicale qui vise à résoudre les problèmes de cloison nasale pour améliorer la fonction respiratoire.

La septoplastie ne modifie donc pas la forme du nez, mais résout les problèmes liés à la malformation septale tels que les apnées nocturnes, les obstructions nasales ou les épisodes fréquents d’épistaxis.

Rhinoseptoplastie : qu’est-ce que c’est ?

Beaucoup de personnes qui ont des problèmes respiratoires décident souvent de subir une rhinoseptoplastie pour avoir un nez plus sain et pour éliminer les imperfections telles que, par exemple, une pointe tombante ou une bosse trop saillante.

Tous ceux qui ont un septum dévié ne doivent pas subir de septoplastie, car c’est une condition assez fréquente et ne pose pas nécessairement de problèmes, mais si au contraire la déviation devient la cause de troubles importants, alors il est conseillé d’opérer.

Déroulement et suites de septoplastie

En général, la septoplastie (si elle n’est pas associée à une rhinoplastie) est réalisée avec la technique fermée, puis par voie endonale et est fréquemment associée à l’intervention pour résoudre l’hypertrophie des cornets, pour diminuer leur taille et permettre un plus grand passage de l’air du nez.

L’opération doit être réalisée sous anesthésie générale et en phase postopératoire le patient doit se conformer à toutes les indications fournies par le chirurgien et doit subir les contrôles nécessaires pour assurer un processus de guérison plus rapide.

Après environ 3 semaines, les ecchymoses et les gonflements post-opératoires disparaîtront pratiquement et vous pourrez reprendre votre vie habituelle.

Résultat de chirurgie septale

Le résultat d’une septoplastie bien réalisée est définitif et la sensation de pouvoir respirer correctement représente la plus grande satisfaction tant pour le patient que pour le chirurgien.

Qu’est-ce qu’un Skinbooster

Qu’est-ce qu’un Skinbooster

Le Skinbooster, est l’un des soins esthétique qui est utilisé en médecine esthétique comme traitement de rajeunissement de la peau dans un délai beaucoup plus court et ce prarapport à d’autres soins ou chirurgies esthétique lourdes.

Qu’est-ce qu’un Skinbooster?

En termes plus simples, un Skinbooster fait appel à des produits de comblement cutané, minutieusement injecté dans la peau pour une fermeté, un éclat, une souplesse et une texture améliorés.

L’injection est constituée d’acide hyaluronique, un composant facilement toloré par le corps et est facilement réversible dont les effets secondaires sont très limités.

Le Skinbooster est considéré par les professionnels de l’esthétique comme l’une des soins esthétiques les plus sûres pour modifier efficacement son apparence.

Comment fonctionne le Skinbooster et en quoi est-il différent des autres techniques?

Le Skinbooster agit en éliminant les carences en volume et en permettant à la peau d’être doucement tendue pour les effets souhaités. D’autres produits de comblement cutané, par exemple ceux utilisés pour cibler le menton et les joues, sont plus rigides et moins dynamiques que ceux utilisés dans les Skinboosters.

Avantages du Skinbooster

Le Skinbooster agit en profondeur pour améliorer la fermeté, la texture et la luminosité de la peau.

Dans l’ensemble, les avantages du Skinboosters sont :

  • une peau plus lisse
  • réduction des rides et ridules
  • peau d’apparence plus ferme et plus fraiche
  • une peau plus radieuse, plus souple et plus saine
  • hydratation de la peau de l’intérieur
  • réduction des cicatrices d’acné
Quel dentiste choisir pour blanchir les dents en Tunisie

Quel dentiste choisir pour blanchir les dents en Tunisie

Blanchiment dentaire chez le dentiste

Le blanchiment des dents chez le dentiste contrairement au kit blanchiment dentaire à faire chez-soi, nécessite des compétences spécifiques pour éviter les blessures à la zone gingivale (gencive).

De plus, un équipement professionnel peut être nécessaire pour préparer et terminer la procédure. Tout compte fait, le blanchiment dentaire chez le dentiste peut prendre de 60 à 90 minutes.

Les différentes étapes d’un blanchiment dentaire professionnel

Il existe plusieurs étapes à respecter pour effectuer réussir un blanchiment:

Avant de commencer, le dentiste enregistrera la teinte actuelle de vos dents.

Vos dents seraient ensuite polies avec de la pierre ponce, un matériau granuleux utilisé pour éliminer toute plaque à la surface.

Les dents seront isolées des tissus mous de bouche avec une gaze pour garder au sec (éviter la salive). Des écarteurs dentaires peuvent être utilisés pour éloigner les joues, les lèvres et la langue de la solution de blanchiment.

Une barrière serait ensuite placée le long de la gencive pour la protéger davantage de l’exposition à la solution.

Ensuite, les dents sont recouvertes d’une solution de blanchiment sur la surface avant uniquement. La solution comprend généralement du peroxyde d’hydrogène ou du peroxyde de Carbamide comme agent de blanchiment.

De nombreux produits de blanchiment nécessitent une lampe à polymériser ou un laser pour activer le peroxyde.

Une fois appliquée, la solution serait laissée sur les dents pendant 30 à 60 minutes, ou réappliquée de temps en temps, selon la marque.

Une fois la teinte optimale atteinte (ou le temps maximum écoulé), les dents seraient rincées. Une application de fluorure peut être utilisée pour aider à soulager toute sensibilité dentaire, ce qui est un effet secondaire courant.

Des visites au cabinet post blanchiment dentaire seraient programmées jusqu’à ce que la teinte souhaitée soit atteinte.

À la fin, il vous est conseillé d’éviter les aliments ou les boissons contenant un niveau élevé de pigment pendant au moins 24 heures. Ceux-ci incluent le café, le thé, la sauce tomate, le jus de tomate, la moutarde jaune, les betteraves, les raisins noirs, les bonbons et le vin rouge.

Le tabac de toute sorte serait également évité pour prolonger le résultat du blanchiment dentaire.