fbpx
Carboxythérapie

Carboxythérapie

La carboxythérapie est la thérapie par le dioxyde de carbone (CO2) : une technique médicale utilisée en domaine dermatologie depuis 1932 sous le nom de traitements médicaux des plaies. Cette technique médicale consiste à l’injections de petites quantités CO2 par voie sous cutanée. Connu sous le nom dioxyde de carbone (CO2) ce gaz carbonique, est un gaz naturel de l’atmosphère (0,038 %), il est non inflammable, non toxique en petites concentrations, non allergène et 2 fois plus dense que l’air. Il est soluble dans l’eau en fonction de la pression et de la température.

Le terme carboxythérapie a été utilisé pour la première fois par Parassoni en 1995. Les termes synonymes sont carbocrénothérapie, carbondioxidéthérapie des termes qui sont également utilisés dans la littérature médicale francophone. Au cours des 15 dernières années, la méthode a connu une utilisation inattendue, dont le maximum d’utilisation est surtout dans le domaine de la médecine esthétique. De nouvelles possibilités thérapeutiques ont été démontrées, y compris celles liées à la fonction érectile. Des résultats intéressants ont été obtenus en ce qui concerne le rajeunissement de la peau, le traitement de certains types de cicatrices, les cicatrices atrophiques, les marques d’étirement la cellulite, les cicatrices liposuccion, le traitement des chutes de cheveux et différents types d’alopécie. La méthode est « naturelle », ce qui la rend attrayante pour de nombreux patients ; cependant, l’application elle-même peut être un peu douloureuse et désagréable.

En comparaison avec les techniques instrumentales modernes de l’injection d’acide hyaluronique et de la toxine botulinique et d’autres traitements esthétiques anti-age , les résultats de la carboxythérapie sont satisfaisants, leur seul inconvénient c’est le manque de rapidité. Parfois, elles sont imprévisibles quant à l’intensité de l’amélioration atteinte, variant selon l’âge du patient, la fréquence d’application et le type du traitement. Cependant, cette technique est très efficace dans le traitement de la cellulite, après liposuccion, traitement des marques d’étirement, des cicatrices atrophiques et des alopécies. Les effets sont parfois surprenants et vraiment précieux pour tout patient qui a assez de temps pour appliquer convenablement cette technique dans un centre spécialisé en Tunisie, en France ou en Allemagne (trois pays ou cette technique est utilisée à grande échelle).
La France c’est le pays ou la méthode a été introduite, depuis 1946, l’Institut de Recherches de Royat a commencé l’utilisation de cette technique sur des patients pour traiter différentes maladies faciales, dermatologiques et vasculaires. Les médecins au sein de ce centre de recherche ont réussi à produire au cours de la seconde moitié du siècle près de 400 publications sur la carboxythérapie (carbocrenotherapie). On peut affirmer que cette technique est découverte par les médecins Français.

Indications

Les articles publiés par cette institution ont démontré que la carboxythérapie peut être utile dans le traitement de n’importe quelle maladie lorsque nous avons besoin d’améliorer l’approvisionnement vasculaire. Une technique efficacement utilisée pour le traitement des maladies vasculaires, maladies ischémiques, y compris le syndrome de la périphérie diabétique, le syndrome de Morbus Buerger, le syndrome de Reynaud, l’insuffisance veineuse chronique et l’insuffisance veineuse-lymphatique, la poussée soudaine de rougeur paroxystique du visage et la rosacée érythémato-télangiectasique .

En dermatologie, la méthode est très utile dans la guérison des plaies, y compris les ulcères des jambes, dans le traitement des troubles des cheveux, elle aide parfois à améliorer le psoriasis, la sclérodermie, la rosacée dans différents cas :

Traitement des Phénomènes vasculaires paroxystiques : la carboxythérapie est utilisée pour traiter les bouffées vasomotrices. Cette utilisation concerne les patients qui ont des poussées soudaines de rougeur paroxystique du visage et du cou, avec sensation de chaleur, mais sans signes systémiques. Cette maladie se manifeste par des crises momentanées. Après les crises, d’une durée de quelques minutes, la peau du visage redevient normale. Ces « flushes » sont déclenchés par les changements de température entraînant parfois d’autres maladies et atteintes telles que la thermophobie, l’anxiété et la dépression. Ces maladies sont parfois déclenchées par l’absorption de boissons chaudes, d’alcool ou d’aliments épicés.

Traitement des phénomènes vasculaires permanents – la carboxythérapie est utilisée pour traiter la rosacée érythémato-télangiectasique. Cette maladie de manifeste par des lésions localisées sur les joues, le nez, le menton et la partie médiane du front. On appelle cette maladie L’érythrose faciale cette maladie est permanente et elle est associée à des télangiectasies (couperose). L’application de la carbocrenotherapie permet de stabiliser la situation et guérir la maladie.
L’application de cette technique sur le visage est également appelée CO2 jouvence. Pendant le CO2 jouvence nous observons une diminution de la taille des petits vaisseaux dans les paupières ou sur les joues, cette manifestation est temporaire, les vaisseaux regagnent leur état normal après quelques heures de l’application du traitement. Une nouvelle application de cette technique est le traitement de la dysfonction érectile associée à la microangiopathie.

Bien que l’administration de CO2 soit indiquée pour une vasodilatation locale temporaire, les traitements répétitifs peuvent nuire à la circulation vasculaire. Il convient alors de consulter des centres reconnus et ne pas s’offrir cette technique dans des centres d’esthétiques qui peuvent utiliser des machines non approuvées par les institutions mondiales en vigueur. En Tunisie, la seule clinique certifiée par l’État pour offrir ce traitement est la clinique universitaire militaire, la seule institution en Afrique offrant des traitements par pression d’oxygène et CO2 . Le seul établissement privé qui jouit de La certification de l’Etat est la clinique Medespoir.

Des utilisations de cette technique sont en phase d’expérimentation. Certains médecins expérimentent le traitement par la carboxythérapie des ongles, des maladies infectieuses, des maladies des jambes et des doigts. Les résultats sont très satisfaisants, la récupération postopératoire pour des maladies vasculaires est prouvée par des tests de pression hémodynamiques dérivés de la technique Doppler. Ces preuves ont démontré par thermographie qu’après les 18 jours de cure thermique par injections de CO2 (le traitement des bains de gaz locaux (bains secs) des extrémités atteintes par des ulcères 22,2 % des ulcères ont été guéris, 57,3 % améliorés, 16,1 % inchangés et seulement 1,4 % aggravés. Ces chiffres montrent que cette utilisation est très avantageuse surtout pour des patients diabétiques.

Les commentaires sont clos.