fbpx

Archives de
Catégorie : Chirurgie bariatrique

La MORPHONUTRITION : C’est quoi?

La MORPHONUTRITION : C’est quoi?

La morphonutrition regroupe toutes les méthodes pour arriver à une silhouette mince et un poids idéal : De l’approche nutritionnelle qui se base sur la morphologie aux différentes techniques, invasives ou non, pour améliorer la silhouette.

Comprendre la morphonutrition

Il s’agit d’une autre façon d’aborder l’amincissement, qui concernera à vrai dire principalement les femmes. Chez ces dernières, si l’amincissement permet une correction globale du volume du corps, il n’améliore pas toujours suffisamment la silhouette. Pour certaines, tout effort supplémentaire ne mènera qu’à un amaigrissement exagéré du haut du corps, laissant le bas toujours « surchargé ».

De quoi déprimer et perdre toute sa motivation. Que se passe-t-il ?

Pour le comprendre, il faut d’abord savoir que le tissu graisseux est soumis à une régulation nerveuse et hormonale, cette dernière ne s’exerçant pas de façon uniforme sur l’organisme. Selon l’endroit où ils se trouvent, les adipocytes (cellules graisseuses) sont plus ou moins sensibles à l’une ou l’autre hormone.

Les différents dépôts graisseux entraînent ainsi une perte d’harmonie. Celle-ci permet d’identifier le type particulier de la graisse, et d’orienter vers les facteurs responsables de sa survenue. Cette notion est fondamentale car c’est elle qui conditionne en grande partie la recherche de la solution thérapeutique. La surcharge pondérale androïde (« pomme ») est celle dont souffrent habituellement les hommes en surpoids. La surcharge gynoïde (« poire ») est plus spécifique aux femmes en activité ovarienne, c’est-à-dire non ménopausées. Elle intéresse la région pelvienne (fesses), également les cuisses, les jambes et, très souvent, les membres supérieurs.

Solutions : traitements médicaux et chirurgicaux des adipocytes

Les complications métaboliques sont rares. Il existe par contre une hyperlordose, ce qui provoque une perturbation de la circulation elle-même à l’origine de l’apparition de cellulite. La morphonutrition permet, sans long examen coûteux pour la Sécurité Sociale, d’orienter mieux et de personnaliser les conseils diététiques et l’éventuel traitement médical ou chirurgical qui leur sont souvent associés. L’efficacité s’en trouve améliorée, ce qui renforce encore la motivation. L’un dans l’autre, le résultat obtenu sera plus durable.

La perte de poids : nécessité ou obsession ?

La perte de poids : nécessité ou obsession ?

La perte de poids est l’obsession de beaucoup d’entre nous. Le marché de la perte de poids est un marché en pleine expansion.
Combien avons-nous perdu sur la balance est la question qui hante le quotidien et la vie de nombreuses femmes (De plus en plus d’hommes se sentent maintenant eux aussi concernés). Mais ce dogme du poids est-il vraiment objectif ?
Quand on parle de perte de poids, de quoi parle-t-on en fait ? Se peser chaque jour sur sa balance, est-ce un comportement raisonnable et logique ? N’avez-vous pas connu un jour une personne de votre entourage heureuse d’avoir perdu des kilos mais dont la nouvelle silhouette ne vous paraissez visuellement pas satisfaisante?

Voyons ensemble plus en détail cette notion de perte de poids pour définir plus précisément ce qu’elle reflète finalement ?

La perte de poids

Dans nos pays latins, nous parlons de perte de poids (trop lourd) alors que dans les pays anglo-saxons, ils parlent de trop fat (trop gras).
Cette vision basée sur la masse graisseuse paraît plus objective car il semble plus judicieux de parler en terme de volume et non de masse.
La perte de poids ne permet d’avoir une silhouette plus mince que si elle touche principalement la masse graisseuse et non le muscle (qui lui permet d’être ferme et tonique et surtout d’éviter l’effet yoyo).
Quand on parle de perte de poids, on ne perds pas que de la graisse en fait: Ainsi perdre de l’eau n’a aucun intérêt car le corps va un jour refaire ces réserves. Les diurétiques permettent ainsi des résultats rapides sur la balance. Résultats aussi rapides qu’éphémère par ailleurs. Quand on fait un régime alimentaire hypocalorique sévère, on perd 8 fois plus de masse maigre que de masse graisseuse en fait. Ce chiffre est impressionnant et il explique que l’on peut perdre beaucoup de poids et avoir une silhouette flasque. On voit alors la personne heureuse d’avoir atteint son objectif pondéral mais avec des jambes maigres, des bras fins, un visage creusé et de la masse graisseuse sur le ventre.
La perte de poids est pour certaine une véritable obsession. Mais se peser chaque jour est une aberration car l’on ne peut pas perdre plus de 100 grammes de graisse par jour. Se peser chaque jour ne sers à rien car les variations pondérales ne sont objectives que sur des périodes d’une semaine minimum.
De plus faire des régimes restrictifs en ayant pour obsession principale une diminution de son poids sur la balance ne fonctionne pas dans la durée. 90 pour cent des personnes reprennent du poids à moyen terme.

Conseils précieux : se fixer des objectif raisonnables

 

Ne focaliser que sur son poids et se peser chaque jour, se fixer des objectifs qu’en terme de poids c’est vivre dans la restriction et créer la frustration (peser ces aliments, compter chaque calories, s’interdire des petits plaisirs et passer de phase d’euphorie (2 kg en moins sur la balance) à des phases de déprime (j’ai repris un kilo ce week-end).
On ne peut vivre indéfiniment dans la restriction et n’avoir qu’une vision mathématique des choses comme cela car nous sommes fait pour nous faire plaisir et manger doit être un plaisir.
Pour une perte de poids efficace, il fait oublier la notion de poids, laisser sa balance au placard, se focaliser sur sa silhouette et surtout prendre son temps pour parvenir à un résultat durable et réellement objectif.
Pour cela, la notion de plaisir, d’équilibre, de bien-être, de sensation, d’écoute de son corps, de ses sens, de ses besoins doit être remise en avant et pour se faire il faut sortir du dictat du poids et des calories.
Notre monde moderne est suffisamment stressant pour que nous prenions le partie de faire subir des stress et des fatigues supplémentaires à notre organisme car celui-ci tôt ou tard nous le rendra.
Dans une société mercantile et superficielle où nous nous devons d’avoir des résultats rapides, la notion de poids (avec comme corollaire celle de calorie) comme unique référence permet de laisser penser que l’on peut perdre (3 kilogrammes par semaine par exemple) si on en a la volonté.
Voilà les deux notions (la volonté et le temps) qui se cachent derrière cette sacro sainte notion de poids.
Le temps, c’est l’argument commercial car les résultats (en terme de poids et non de silhouette) promis vont être rapide et la volonté c’est la garantie de réussir ( tout le monde a suffisamment de volonté pour avoir aussi droit au bonheur et ne pas manger (ou presque rien) pendant une semaine, voir 15 jours car notre organisme sécrète alors une hormone qui permet de tenir sans véritable effort (nous avons subi des centaines de famine pendant notre histoire et nos gênes nous permettent de tenir tout en étant efficace et se sentir bien permet de mieux supporter l’adversité).
Cette hormone crée même un sentiment de bien-être, voir d’euphorie (les anorexique connaissent cela, ce qui leur confèrent un sentiment de puissance sur leur corps et sur les autres).
Mais cette même volonté qui permet de ne plus s’alimenter correctement, c’est aussi la garantie que la personne qui a perdu le poids escompté sur sa balance (l’objectif est possible mais à chaque fois de plus en plus difficile à atteindre) et qui reprends (yoyo) ne se plaigne pas.
« Et oui, si j’ai repris du poids, c’est que j’ai craqué, j’en pouvais plus de ne rien manger, je rêvais la nuit de ces gâteaux, de ces petits plats en sauce et puis tant pis, j’ai manqué de volonté…C’est pas grave, la prochaine fois, je tiendrais et je serai enfin belle, désirable et je pourrais enfin être aimé et ne plus me sentir seule ».
Sans prendre le risque de m’engager, certaines d’entre vous vont se reconnaître ici.
Mais, vous allez me dire, c’est bien beau d’affirmer cela mais alors comment faire pour me sentir bien dans ma tête et mon corps et avoir la silhouette de mes désirs.
Première chose: Mettre sa balance au placard
Deuxième chose : Ne plus faire de régimes restrictifs sévères et oublier que cela existe et fonctionne sur le court terme.
Troisième chose : Réapprendre à manger et se faire plaisir pour fournir ceux dont notre corps a besoin pour fonctionner normalement sans risque de carence (En gros, manger normalement ce qui signifie: 55 % de glucides (sucres), 30 % de lipides (graisses mais éviter les graisses saturées et privilégier les graisses poly-insaturées) et 15 % de protéines (viande, poisson, oeuf, laitage).
Et surtout quatrième chose: Remettre son corps en mouvement et réapprendre à bouger.
Pour résumer, la recette pour être bien dans son corps, avec une silhouette ferme et tonique sans excès de masse graisseuse n’est qu’une question de bon sens. Manger de tout et augmenter ces dépenses en remettant son corps en mouvement.
Facile à dire, mais plus difficile à faire.
Je vais ici t’affirmer qu’il existe une hormone encore puissante que celle qui apparaît quand on ne mange plus (Que je qualifie d’hormone de survie).
Cette hormone (Que je qualifie d’hormone de vie) fait qu’il y a tous les matins des gens qui remplissent Central Park (ou n’importe quel autre endroit du monde) et qui prennent du plaisir à le faire.
Ces personnes ne sont pas folles (populairement et de façon moqueuse, on se demande après quoi elles courent et pourquoi elles le font, on pense qu’elles perdent leur temps), Elles n’ont pas de problème de poids (ce sont des machines à brûler de l’énergie et donc des calories), elles sont là pour se sentir en harmonie avec elle-même, pour sentir leur corps et surtout leur coeur.
Elles ne cherchent pas la perte de poids (elles n’ont aucun de problèmes de poids), elles se lèvent généralement très tôt pour prendre le temps (notion que nous avons vu plus haut mais vécue de façon différente) pour prendre les décisions les plus opportunes pour ce qui doit être essentielles à leur yeux: Leur bonheur et celui de leur proche.
Elles vivent en harmonie avec leur environnement et surtout avec elle-même car elles prennent le temps de s’écouter.
Pour courir à leur cotés, il faut faire preuve d’un peu de volonté et de patience.
Remettre son organisme en marche petit à petit en commençant par du vélo en salle, réapprendre à s’écouter et se donner le temps.
Prendre en main sa vie et ne pas subir la restriction mais vivre dans l’action et devenir maître de son existence et de son destin.
C’est en pratiquant la course à pied que j’ai eu envie de partager ces bienfaits qui font partie de nos racines et que peu de personnes cherchent à transmettre (car pas intéressant économiquement).
Alors, si vous souhaitez une perte de poids durable ou pour être plus précis, une perte de masse graisseuse sans risque de récidive, il vaut remettre votre corps en mouvement.

Obésité morbide : comment s’en sortir ?

Obésité morbide : comment s’en sortir ?

L’obésité morbide est un fléau qui peut toucher tout individu et à n’importe quel âge, elle est souvent le résultat d’une alimentation trop grasse et trop sucrée, d’un déséquilibre psychologique, d’une prise de certains médicaments, de la sédentarité, etc.

Il existe plusieurs façons de la vaincre comme le fait d’adopter une bonne hygiène de vie, de pratiquer une activité sportive régulière ou bien d’opter pour la chirurgie bariatrique comme le bypass gastrique en Tunisie. Voyons de près comment s’en sortir.

Obésité morbide : Mieux se comprendre pour vaincre l’obésité

Pour vaincre ce fléau, il est important d’identifier les raisons qui vous ont amené à prendre autant de poids, car c’est comme cela qu’on arrive petit à petit à lutter contre cette pathologie.

Donc, si vous constatez que vous consommez trop d’aliments sucrés ou gras à n’importe quel moment de la journée, il vous faudra dans ce cas opter pour une alimentation équilibrée et saine à des heures bien fixes tout en évitant le grignotage, pour cela, dressez une liste de vos habitudes alimentaires en éliminant tout ce qui doit être proscrit afin d’adopter un régime alimentaire bien défini.

Obésité morbide : Parler et bouger

Il est à noter que l’obésité morbide peut être synonyme de dépression et d’isolement social, il est donc primordial de s’ouvrir à ses proches et à ses amis et d’oser en parler, car, le renfermement sur soi et le mal-être vous conduiront à consommer plus d’aliments et donc à prendre encore plus de poids.

Faites aussi en sorte de pratiquer une activité sportive régulière, cela vous aidera non seulement à perdre du poids mais aussi à vous procurer une sensation de bien-être.

Se faire accompagner par un professionnel : traiter obésité morbide

Même si vos proches se montrent à l’écoute, il y aura des moments où vous aurez du mal à vous livrer complètement sur vos habitudes alimentaires de peur du jugement des autres, faites donc appel à un professionnel comme un nutritionniste, un psychologue ou un chirurgien bariatrique afin de vous orienter vers des solutions efficaces et vous aider dans votre démarche pour la lutte contre l’obésité.

Sleeve et personnes fameuses

Sleeve et personnes fameuses

Lorsque je pense à une personne fameuse, qui a eu recours à une chirurgie de réduction de l’estomac, je pense tout de suite à Diego Armando Maradona ; que je pense tout le monde connait même ceux qui ne sont pas de fans de football en général.
Apres la fin de sa carrière, suite à de nombreux problèmes notamment la dépendance de la drogue, il devint obèse et a du faire une chirurgie de réduction de l’estomac.
Il y a 10 ans, Maradona a subi une opération à l’estomac au Venezuela pour maigrir, il s’était fait poser un anneau gastrique, cette opération à été refaite aussi en 2015. Avant la première opération il pesait environ 120 kilos il suffit de voir les photos pour s’apercevoir du changement physique.

L’anneau gastrique n’est pas la seule intervention chirurgicale pour perdre du poids d’une manière efficace. Il existe aussi d’autres types d’opération qui vise à réduire l’estomac :

Le By-pass gastrique

Le Bypass gastrique qui consiste en gros à réduire le volume de l’estomac avec modification du circuit alimentaire.

La sleeve-gastrectomie

Cette technique aura pour objectif principal de diminuer la taille de l’estomac de façon définitive de 2/3.

Ces 2 types d’intervention chirurgicale aident les patients à perdre du poids naturellement.
Il est de toute évidence, que suite à ce type d’intervention un régime strict aura lieu donc pas de concession faite par la chirurgie bariatrique.
Beaucoup de patients, sont réticents à l’idée de passer par une intervention de réduction stomacale, afin de perdre les kilos de trop donc ils se concentrent le plus souvent sur des régimes diversifiés ; ainsi que toutes les nouvelles activités de gym ou danse pratiqué dans les clubs sportifs.
Christina aguilera before after sleeve
Notamment, le cas de la chanteuse Cristina Aguilera, qui a perdu 30 kilos par le biais de la chirurgie esthétique associée a du sport et au rééquilibre alimentaire ; vu qu’elle a engagé un chef qui lui prépare des plats à base de fruits et légumes.<

Sleeve gastrectomie et aspect psychologique

Sleeve gastrectomie et aspect psychologique

La chirurgie de l’obésité est un sujet passionnant. On va se consacrer aujourd’hui aux difficultés rencontrées après l’opération de Sleeve gastrectomie.
Il existe une multitude de problèmes :
• Psychologiques ;
• Nutritionnels ;
• Professionnels ;
• Familiaux.

Aspect psychologique

L’alimentation, d’apparence un simple acte physiologique (digestion transformant la nourriture en nutriments) est en fait plus complexe qu’il n’y parait. En effet, Manger est, depuis notre naissance, sous l’emprise de notre mental, de notre vie de tous les jours et des événements qui s’y attache.
Il y a un lien entre notre état mental et notre alimentation. Et c’est d’autant plus vrai en cas d’obésité avant et après l’opération.
Suivre et évaluer, psychologiquement, les patients en postopératoire n’est pas une option, c’est une nécessité pour la réussite de la Sleeve. Cet aspect-là reste difficile à intégrer pour certains patients qui sont dans le déni.
Fréquemment, le terme « passage à vide » décrit dans le mois, voire dans l’année qui suit la chirurgie, est utilisé et il ne faut pas le prendre à la légère.
Il s’agit d’une opération irréversible. Le sac gastrique y est réduit définitivement de 2/3, entrainant un changement radical des habitudes alimentaires.

Difficultés post-op

Citons certaines difficultés rencontrées après l’opération :
• Des difficultés pour respecter la durée des repas et de la mastication (30 à 45 minutes).
• Des difficultés pour manger les protéines animales pourtant indispensables.
• Des difficultés pour respecter le « un » litre d’eau en tant que volume quotidien minimum.
• L’envie de sucre, qui ne part pas surtout si manger des glucides comble un manque affectif ou apaise des frustrations.

La difficulté est de modifier son comportement alimentaire dans la durée. Ce qui est compliqué mais faisable ; légitime même pour la réussite sur le long terme.
Pour pouvoir réussir à changer, il faut s’armer de volonté et d’énergie. Ce n’est pas donné à tout le monde mais on peut travailler dessus et s’améliorer.

Clés de la réussite

Tous les sondages sont affirmatifs : Plus de 80% des patients qui ont fait la sleeve gastrique sont content du résultats et si c’était à refaire ils recommenceront. Tous sont unanimes : Chercher les ressources en soi, le vouloir profondément et s’impliquer est la clé pour réussir son opération sur le long terme<.

Soigner l’obésité : Tout savoir avant d’entamer sa guérison

Soigner l’obésité : Tout savoir avant d’entamer sa guérison

Le fait de perdre du poids n’est pas une obligation ou qui se fait pour plaire aux autres, ça doit partir d’une volonté profonde pour préserver sa santé avant tout.

Arrivant à un certain degré, le surpoids devient néfaste. Mais entre régimes alimentaires exercices physiques ou traitements médicaux, on ne sait plus par quoi commencer. Tout d’abord, il faut comprendre la cause de son surpoids. Ensuite, veillez à bien être motivé pour engager une procédure d’amaigrissement sous surveillance médicale, et psychologique s’il le faut, pour garantir sa réussite et surveiller ses répercussions sur votre santé. Enfin, commencez votre traitement en vous assurant que tous les éléments sont engagés pour réussir votre démarche de perte de poids pour retrouver une meilleure santé.alimentation et surpoids

 

Déterminer tout d’abord la cause du surpoids

Différentes causes sont derrière le surcharge pondérale :

  • causes surpoidUn facteur héréditaire qui fait que, lorsque le poids fluctue autour de la valeur de consigne, le corps va déclencher des mécanismes physiques pour retourner à ce poids. Ce qui fait que pour ces personnes, même si elles entreprennent des régimes elles finissent par reprendre les kilos qu’elles ont crues perdre.
  • Une hygiène alimentaire axée sur les excès. Une surabondance alimentaire ne peut que donner un corps souffrant d’obésité.
  • Dysfonctionnement dans le système de gestion de l’énergie au niveau du pancréas par exemple (pour la lipogenèse et la lipolyse), ou encore à cause d’un problème de circulation sanguine qui fait que les graisses ne s’évacuent pas facilement du corps.

Grâce aux recherches génétiques, les scientifiques essaient de détecter par quel mécanismes le poids est contrôlé. Ils essaient, ainsi, de déterminer l’origine des anomalies si elles sont génétiques et comprendre la manière dont sont traitées les protéines.

 

Établir les raisons motivant la volonté de perdre du poids

Pourquoi entreprendre une démarche d’amaigrissement ? c’est la question que devrait se poser toute personne voulant perdre du poids. Pour certains, il s’agit d’une volonté simple de pouvoir retrouver une liberté de mouvement, de pouvoir sortir et mettre les habits désirés. Alors que pour d’autres, l’obésité devient morbide et cause des problèmes de santé graves en plus des lésions de macérations pouvant survenir dans ce cas.

 

Que faire pour perdre sa surcharge pondérale ?

anneau, baypass, sleeve gastriquePour soigner son obésité, plusieurs démarches sont possibles, mais entre Bypass, sleeve ou anneau gastrique, quelle technique est plus fiable ? La réponse à cette question est déterminée par le médecin. Selon l’état de santé du patient, son profil, les facteurs de risque ainsi que ses besoins.

Ces interventions sont réparties selon deux critères : les méthodes restrictives qui limitent la sensation de faim et celles restrictives et mal-absorptives qui diminuent l’absorption des nutriments par le tube digestif.

Donc, seul le chirurgien après avoir fait les bilans nécessaires qu’il pourra établir l’intervention qui correspondra le plus à l’état actuel du patient. Il doit aussi prendre en considération l’avancement de son obésité et des maladies engendrées comme hypertension, le diabète et les problèmes cardiovasculaires.