Archives de
Étiquette : Chirurgie seins

Les variations hormonales affectent-elles la taille des seins ?

Les variations hormonales affectent-elles la taille des seins ?

La taille des seins n’est pas uniquement liée aux prédispositions génétiques. Chez une même personne, le volume de la poitrine peut varier en fonction des fluctuations hormonales. Ainsi, la taille des seins peut changer lors du cycle menstruel, pendant la grossesse ou à partir de la ménopause.

La taille de la poitrine change au long du cycle menstruel

Le cycle menstruel peut entraîner des changements plus ou moins notables du volume et la forme de vos seins. La production d’œstrogène pendant les premiers jours du cycle provoque l’ovulation et stimule les canaux lactifères des seins. A l’approche des menstruations, la sécrétion de progestérone stimule la formation des glandes lactiques en prévision d’une éventuelle grossesse. Ceci est à l’origine d’un gonflement mammaire et d’une augmentation de la sensibilité des seins. Le gain de volume peut varier d’un cycle à l’autre, même s’il reste loin de celui d’une chirurgie d’augmentation poitrine. Au début de chaque nouveau cycle menstruel, les seins retrouveront leur taille et leur forme initiales.

L’impact des traitements contraceptifs sur le volume mammaire

L’œstrogène et la progestine, les hormones que contiennent les pilules contraceptives, entraînent souvent une augmentation du volume des seins. Cette augmentation s’inverse généralement après quelques cycles, ou lorsque la femme arrête le traitement contraceptif.
Le changement de volume mammaire varie selon les patientes et le type de pilule contraceptive qu’elles utilisent. Si les seins semblent plus gros et engorgés, c’est simplement parce que les hormones de synthèse provoquent une rétention d’eau. D’ailleurs, les seins retrouvent leur volume initial pendant la semaine sans prise de pilule.

Par ailleurs, l’œstrogène et la progestérone des contraceptifs oraux peuvent parfois entraîner une croissance des tissus mammaires, ainsi qu’une sensibilité des seins ou des picotements. Ces effets ont tendance à disparaitre lorsque la femme cesse de prendre la pilule.

Variations hormonales et taille seins : La tailles des seins fluctue pendant la grossesse

Pendant la grossesse, la femme enceinte peut gagner une à deux tailles de bonnet. Ceci est dû à la sécrétion élevée de progestérone. Cette hormone stimule la production canaux et de lobules lactifères pour l’allaitement du nouveau-né. Si la maman choisit d’allaiter son bébé, ses seins peuvent gagner encore plus de volume après l’accouchement. Toutefois, la poitrine retrouvera sa taille initiale environ six mois après le sevrage du bébé.

Variations hormonales et taille seins : Comment évoluent les seins après la ménopause ?

À l’approche de la ménopause, les fluctuations hormonales transparaissent sur l’aspect et le volume de la poitrine. La chute des taux d’œstrogènes induit une perte d’élasticité des tissus mammaires, en particulier si la femme a connu plusieurs grossesses. En outre, les seins continuent de subir les effets de la gravité et perdent leur galbe et leur maintien naturel.

Chirurgie seins : variations hormonales

Il y a toujours une explication toute simple à tout changement de volume mammaire. Toutefois, si vous remarquez un changement soudain et suspect de la taille ou la forme de votre poitrine, il est important d’en parler à votre médecin.

Devis gratuit

Quel traitement efficace pour le cancer du sein ?

Quel traitement efficace pour le cancer du sein ?

C’est toujours troublant de parler du cancer du sein. Cette maladie du sein, qui dit-on, s’attaque principalement aux femmes après 50 ans, et dont malgré toutes les avancées tant dans le dépistage, le diagnostique que dans le traitement, on nous dit que malgré tout, 1 femme sur 27 atteintes de cancer du sein mourra. On peut ne pas voir le danger présenté ainsi. Mais, selon la Ligue contre le Cancer, il y a chaque année 54.000 nouveaux cas et 11.900 décès annuel.
Quel est donc le traitement pour lutter contre le cancer et améliorer la vie des personnes atteintes ?

Généralités et types de cancer du sein

types cancer seins

Il est le type de cancer le plus fréquent chez les femmes. Il existe divers types de cancer de sein, et le traitement s’envisage en fonction de la forme du cancer.
On distingue par exemple deux grands groupes de cancer : les cancers non invasifs et les cancers invasifs. Le carcinome canalaire in situ est la seule forme de cancer non invasif. C’est dans le canal de lactation qu’il se forme.
Les cancers invasifs sont les plus nombreux. Il y a divers types de carcinomes : canalaire, lobulaire, inflammatoire, qui sont les plus fréquents. Mais on peut avoir aussi les carcinomes : médullaire, tubulaire, papillaire, colloïdes, etc.

Traitement du cancer du sein

reconstruction seins par Medespoir

Les traitements du cancer de sein sont nombreux, mais c’est du type de cancer et de son stade d’évolution que la guérison dépend généralement.
Les traitements les plus fréquents sont : la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, la thérapie hormonale et la thérapie ciblée.
La chirurgie est le traitement de première intention du cancer du sein. C’est elle qui permet de retirer, grâce à une mastectomie, la tumeur cancéreuse. La mastectomie peut être partielle ou totale, c’est-à-dire que l’on enlève une partie ou tout le sein. Il est toujours possible d’envisager une reconstruction seins après cancer.
La radiothérapie intervient pour détruire les cellules cancéreuses après la chirurgie. Elle permet d’éviter la récidive du cancer.
La chimiothérapie est le plus souvent un traitement médical administré après la chirurgie du sein cancéreux. Ces médicaments doivent détruire et stopper les cellules cancéreuses. La chimiothérapie est davantage indiquée pour le traitement du cancer métastatique.
Le traitement du cancer par thérapie hormonale est associé le plus souvent au traitement chirurgical, à la radiothérapie ou bien à la chimiothérapie.
Enfin, le traitement ou thérapie ciblée quant à lui, désigne un médicament injecté par voie intraveineuse, et dont le rôle est de bloquer l’action du gène HER2, responsable dans le cas d’un cancer invasif ou infiltrant, de la rapide croissance de la tumeur.